"John et Pandora" de Martin Jacque
Mise en scène de Martin Jacque
Conception et réalisation de la scénographie (en cours)




Esquisses préparatoires montrant la progression de l’espace du ciel au cours de la pièce



























































Résumé de la pièce

Pandora, femme vive et fantasque, tombe en panne d’essence sur une aire désaffectée, en pleine montagne, où elle rencontre John, un homme d’un abord inquiétant et magicien à ses heures. Tous deux ont la ferme volonté de transformer leur vie, et un même objectif les anime : passer au plus vite la frontière. Malgré l’insistance et les sarcasmes de John qui, non sans malice, insinue que, dans cette zone inhospitalière, plusieurs jours peuvent s’écouler avant qu’un autre véhicule n’emprunte la route, Pandora, prompte à la répartie, refuse de marcher à travers la montagne en tailleur et talons hauts. Tout comme elle n’envisage pas de laisser son cabriolet sans surveillance. Ainsi, par différents stratagèmes, Pandora convainc John d’attendre avec elle l’hypothétique passage d’un véhicule. Et l’orage qui menace ! Obligés de passer la nuit sur l’aire désaffectée, John et Pandora vont, petit à petit, se révéler, se découvrir et comprendre que l’insatisfaction ne peut pas être le carburant de la vie puisqu’il pousse vers un soleil imaginaire et aveuglant, et toujours plus brillant de l’autre côté de la frontière. Et s’ils ne manquent pas de se quereller, les caprices du ciel et leurs silences sont la véritable expression de leurs mouvements intérieurs. Cette panne "providentielle", qui les empêche d’atteindre la frontière géographique, ouvrira-t-elle la porte à leur soleil intérieur ?    M. Jacque
                                                                                                                                                                                                    

Proposition scénographique

La scénographie symbolise l’enfermement psychologique des personnages, puis leur ouverture progressive à une libération finale. Ils accéderont donc imperceptiblement à l’au-delà tant attendu (représenté par le ciel) sans qu’il y ait eu aucun déplacement physique de leur part. A l’image de l’évolution interne des personnages, la scénographie propose un décor en perpétuel mais imperceptible mouvement.
Accueil
CVCV.html
CV.html
ScénographieScenographie_theatrale.html
Scenographie_theatrale.html
CVCV.html
CV.html
ScénographieScenographie_theatrale.html
Scenographie_theatrale.html
AccueilCamille_Dugas-scenographe.html
Camille_Dugas-scenographe.html
Camille_Dugas-scenographe.html