Théâtre National de la Colline
"L’Hôtel du Libre-Echange" de Georges Feydeau
Projet d’école (Exposé au Théâtre National de la Colline)
Conception de la scénographie et des costumesLHotel_du_Libre-Echange_image.html
1,22 m
Résumé

Dans son cabinet, Pinglet, entrepreneur en bâtiment, travaille sur le plan d'une maison qu'avec Paillardin, architecte et ami intime, ils ont le projet de construire. Angélique, épouse de Pinglet, interrompt brutalement le travail de son mari. Leur mésentente affleure. Le couple Paillardin habite la villa contiguë des Pinglet. Marcelle Paillardin entre, les yeux rougis. Elle vient de se quereller avec son mari, se plaint de son indifférence. Pinglet la réconforte, excité par le désir qu’elle suscite chez lui et la convainc d’aller à l’Hôtel du Libre-Echange. Une succession d'événements imprévus et de quiproquos adviennent alors dans cet hôtel miteux : Paillardin, le mari, arrive pour expertiser les lieux à la suite de la découverte de bruits supects ; un avocat bègue, ami de Pinglet, débarque avec ses quatre filles ; enfin, c’est au tour du neveu de l'expert, désireux de venir passer quelques heures avec la petite bonne du meilleur ami de son oncle. Monsieur et Madame Paillardin reviennent tous deux au domicile conjugal avec le même œil en compote, l’un accusant des esprits, l’autre un cheval emballé !...



Proposition scénographique
Photographie de l’exposition
"L’Hôtel du Libre-Echange" présente une situation irréelle : des personnagers d’un milieu bourgeois, renfermés sur eux-mêmes et protégés par une certaine morale, se retrouvent tous projetés dans un univers qui leur est totalement étranger. Malgré un retour plus ou moins à la normale dans l’acte III, l’univers fantas(ma)tique de l’hôtel y est encore très présent. Ainsi, le premier et le deuxième actes ont été travaillés comme deux univers opposés qui s’influencent.


Acte I



























L’acte I présente un décor réaliste de la fin du Second Empire (époque à laquelle a été écrite la pièce), totalement noir et blanc pour appuyer l’aspect démodé de l’action. Une perspective forcée permet de contraindre le corps des comédiens à des postures qui poussent au comique. Ce décor est extrêment petit et clos : 2 mètres de haut sur 2 mètres de profondeur. On y accède par un escalier central qui démarre de la fosse d’orchestre du théâtre. Une unique porte, à cour, permet d’aller dans la chambre de Madame Pinglet. La sortie de Monsieur Pinglet, à la fin de l’acte I, se fera par un "tableau/fenêtre", ce qui introduira l’univers onirique de l’acte II.

Plan et coupe de l’acte I






























Acte II




























Tel un rêve -ou un cauchemar pour certains personnages- le deuxième acte est volontairement traité dans une optique d’abstraction et d’ouverture totale, pour s’opposer au monde clos et réaliste de l’acte I. L’hôtel est composé de plusieurs niveaux  comprenant chacun une chambre non cloisonnée. On y accède par des escaliers en faisant coulisser la porte en plexiglass grâce à des chariots entreposés dans les dessous du théâtre. Comme dans les rêves, des éléments de la réalité sont présents de manière détournée : la malle qui vole, le canapé en perspective forcée, les clefs démesurément grandes, la chaise en deux dimensions, les plans d’architecture devenus draps. Les entrées se font à jardin pour les personnes extérieures à l’univers des Pinglet et par l’escalier central (déjà utilisé à l’acte I) pour les personnages principaux. Les coulisses côté cour conduisent vers l’intérieur de l’hôtel, l’escalier et la terrasse.

Plan et coupe de l’acte II






























Acte III




























La scénographie de l’acte III est une confrontation des deux univers précédents : Les personnages (dans  le décor de l’acte I) ne peuvent voir l’hôtel qui les entoure et qui est encore, visuellement et mentalement, très présent. Le retour de Pinglet se fera depuis les dessous de scène par une échelle qui arrive à l’emplacement du "tableau/fenêtre" ; le jardin sera donc à imaginer sous la scène.

Plan et coupe de l’acte III
































Les costumes





















Tous les personnages auront des costumes noirs et blancs inspirés du Second Empire, hormis Victoire qui appartiendra plutôt au monde proposé dans le deuxième acte. Les costumes sont traités de telle manière qu’ils évoluent au cours de la pièce : déformés, déchiquetés ou colorés de rouge, ils porteront à eux seuls, la cicatrice de l’expérience passée.

















Les costumes





Détails techniques et accessoires de "chez Pinglet"

Les éléments du décor ont été dessinés grâce à une perspective qui prend comme base les lignes de découvertes latérales (à jardin, à cour) et centrale (haut du gradin). Ils auront tous une colorimétrie noire et blanche.


Révêtement du sol                                                                                                                                                       Révêtement du mur du fond


 






 

Lattes de parquet grises en perspective, d’une largeur de 8 cm.                                                   Toile de fond peinte en trompe-l’oeil.


Révêtement du mur latéral                                 Porte de la chambre de Mme Pinglet                                                                             Malles                                                                     

                                                                                                 















Principe de fonctionnement du "cadre/tableau"                                                                                                            Mobilier et accessoires










                                                                                                                           "Le sommeil" de G. Courbet  

                                                                                                    












Le trait rouge représente la tranche du "tableau/fenêtre"   



Détails techniques et accessoires de l’hôtel




























Mobilier
Toile peinte
Table
Canapé
Escalier
Buffet
(Chambre de Mme Pinglet)
Canapé
Comptoir de l’hôtel
Vers l’intérieur de l’hôtel
Vers l’extérieur
Chambre des 4 filles de l’avocat
Chambre de l’avocat
Chambre de Mr Pinglet et de Mme Paillardin
Chambre de Mr Paillardin
8 m
0,25 m
5 m
3,25 m
1,9 m
5 m
3,2 m
1,35 m
1,35 m
1,9 m
0,7 m
0,6 m
2,45 m
1,25 m
1
2
3
0,7 m
0,7 m
0,77 m
0,6 m
0,95 m
0,65 m
1,1 m
2 m
0,7 m
1,15 m
0,15 m
1,75 m
Cabinet de toilette
Cabinet de toilette
Cabinet de toilette
Cabinet de 
             toilette
Escalier
Toile peinte
Table
Canapé
Escalier
Buffet
(Chambre de Mme Pinglet)
Tableau /
fenêtre
Chambre des 4 filles de l’avocat
Chambre de l’avocat
Chambre de Mr Pinglet et de Mme Paillardin
Chambre de Mr Paillardin
Cabinet de toilette
Cabinet de toilette
Cabinet de toilette
Cabinet de 
             toilette
5  m                                            4,75 m                                           6,1 m                                      3,65
1,2 m
4,9 m
3,6 m
10 m
Les portes sont placées sur des chariots (stockés dans les dessous)  qui coulissent librement de cour à jardin et de jardin à cour. Elles sont en plexiglass (1,5 cm d’épaisseur) et encadrées par des battants peints en noir laqué brillant. Des trous de serrure démesurés sont peints sur les portes.
2 m
0,8 m
Chambre 1
Chambre 2
Chambre 3
Chambre 4
Cabinet de toilette
Cabinet de toilette
Cabinet de toilette
Cabinet de 
             toilette
Ce comptoir est en fait le tableau des clefs de l’hôtel, qui mesurent 70 cm de haut.
3 m
Cube en plexiglass suspendu aux cintres par des câbles. 

Enduit de suie, il est  utilisé comme cheminée.
1 m
Châssis peint en trompe-l’oeil.
0,5 m
0,3 m
Même malle qu’à l’acte I mais en couleurs et suspendue aux cintres par des câbles.
Même canapé qu’à l’acte I mais en couleurs et disposé de telle sorte que l’on puisse voir la perspective forcée.
L’ensemble de l’hôtel (parties blanches et noires) est en résine coulée réfléchissante. Les différentes pièces sont séparées par des plaques de plexiglass transparent ou opaque (mais translucide) pour les cabinets de toilette. Seules, les chambres 1 et 2 sont séparées par un voiiage de 12 m x 4,9 m (fixé dans les cintres) qui servira d’écran à l’ombre projetée de la scène des "esprits".
RetourLHotel_du_Libre-Echange_image.html
LHotel_du_Libre-Echange_image.html
Accueil
CVCV.html
CV.html
ScénographieScenographie_theatrale.html
Scenographie_theatrale.html
RetourLHotel_du_Libre-Echange_image.html
LHotel_du_Libre-Echange_image.html
CVCV.html
CV.html
ScénographieScenographie_theatrale.html
Scenographie_theatrale.html
AccueilCamille_Dugas-scenographe.html
Camille_Dugas-scenographe.html
Camille_Dugas-scenographe.html